Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/07/2013

Bientôt le retour!

A partir de septembre 2013, Les Peuples du Soleil sera réactivé!

Qu'on se le dise!

03:04 Écrit par ferocias | Lien permanent | Commentaires (9) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/05/2012

Renneth Bockson, L'Inca Breton

En juillet 1991, les éditions de l'Hydre publiait un pastiche de la série Doc Savage de Kenneth Robeson (pseudonyme collectif). Devenu Doc Sovage, nous le voyons avec L'Inca Breton sur cette publication à petit tirage. Les attributs bretons et incas y sont mélangés et on peut y ajouter un amusant côté Zorro. J'espère que ça fera sourire les Bretons bretonnants :-)

inca, breton, doc savage, pastiche



 

Source des images: Delcampe: le paradis des collectionneurs !

13:10 Écrit par ferocias dans Humour, Planete-Sf, Science-fiction | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : inca, bretagne, doc savage | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

18/04/2012

Donald Duck, Cinéma-vérité

Dans la bande dessinée Cinéma-Vérité, recueillie dans Super Picsou Géant n° 116 (juillet 2003), Donald est embauché comme cameraman par Gilles Lafrime et découvre les méthodes bien peu orthodoxes du célèbre explorateur. En fait d'exploration de jungle hostile, il se contente de tricher, certes sur place mais avec la complicité de tous.

Mais tout ne se passe pas comme prévu et au Chiliguay , au coeur des 2000 km² de la jungle de Chiliguyan, Lafrime et Donald voient leurs porteurs s'éclpiser prudemment devant des indigènes hostiles. Courage, fuyons!

Mais reptiles et pumas viennent rappeler les dangers de la jungle! Lafrime est définitivement dégoûté de l'aventure, surtout dans ces conditions!

Quelques vignettes:

 

056.jpg

057.jpg

058.jpg

 

Ce billet est publié dans le cadre du challenge Red Power lancé par Folfaerielogo red power1

20:50 Écrit par ferocias dans BD, Humour, Planete-Sf | Lien permanent | Commentaires (7) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/03/2012

P. du Val d'Abbeville, La Guaiane ou coste sauvage, autrement El Dorado, et Pais des Amazones aujourd'hui Francce Equinoctiale suivant les relations des Indiens, Espagnols, Anglois, Holandois, et François

Quand paraît la carte de P. du Val d'Abbeville en 1654, la croyance en l'existence de l'Eldorado n'est pas encore remise en question. Sur la carte apparaît le lac mythique appelé Parimé sur lequel se trouvge la vi
Quelques années plus tard, dans Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane on peut encore lire ceci:

MANOA, que les Espagnols nomment El Dorado, Ville de l'Amérique Méridoniale dans la province des Guaianes, Les habitans du païs en racontes des choses assez particulières mais les Européens ne sont pas encore venus jusques là

 

Sources: Mre Louys Moreri,Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane. Tome 2, Partie, Troisième édition, corrigée, & divisée en deux tomes, J. Gyrin et B. Rivière (Lyon) , 1683

21:38 Écrit par ferocias dans Essai | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : eldorado, histoire | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/03/2012

Harriet & Rebondo, L'Expédition perdue (Yan et Mirka)

En 1985 paraissait le premier volume des Aventures de Yan et Mirka aux éditions La Litote. Ce sera d'ailleurs le seul volume publié en français.

L'Expédition perdue nous raconte les aventures de Yan et Mirka. Yan est un jeune orphelin vivant dans un pensionnat où il n'est pas heureux. Mirka est une extraterrestre humanoïde qui vient sur Terre pour retrouver une expédition perdue depuis fort longtemps. Yan n'ayant rien à perdre décide de suivre Mirka dans sa recherche. Ils découvrent d'abord un émetteur au fond des eaux dans l'épave d'un galion espagnol. Cette première découverte les conduit au Pérou où ils peuvent, grâce aux lignes de Nazca, retrouver l'un des membres de l'expédition hibernant dans un temple inca perdu dans la jungle. Les Indiens sur place sont effrayés par le vaisseau spatial et prennent Mirka pour une déesse. Le membre réveillé, il indique à ses sauveurs que le reste de l'expédition est sur l'Ile de Pâques où ils ont aidé à ériger les célèbres statues.

En 1990 L'Expédition perdue est rééditée par Alpen Publisher.

14:52 Écrit par ferocias dans BD, Planete-Sf, Science-fiction | Lien permanent | Commentaires (3) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/02/2012

Pétition Le droit d'auteur doit rester inaliénable

Sur Les Peuples du Soleil ou sur ArchéoSF, je mentionne régulièrement des oeuvres qui ne sont plus disponibles en librairie. Je devrais donc me réjouir du projet de loi visant à numériser massivement le patrimoine du XXe siècle (soit 500000 à 700000 livres) mais voilà, les conditions sont telles qu'elles bafouent allègrement le droit à la propriété intellectuelle et va livrer aux seuls éditeurs (et pas les petits qui ont des catalogues étroits) ce patrimoine. Le collectif Le droit du serf a lancé une pétition. Prenez une demi minute pour la signer.

Pour en savoir plus: un article d'Actualitté

Le texte de la pétition:

Mesdames et messieurs les députés,

Le 13 février, le Sénat a adopté une proposition de loi relative à l’exploitation numérique des livres indisponibles du XXe siècle que vous aviez approuvée en première lecture le 19 janvier.

Cette loi vise à rendre accessible sous forme numérique l’ensemble de la production littéraire française du XXe siècle dès lors que les œuvres ne sont plus exploitées commercialement. Elle prévoit que la BnF recenserait dans une banque de données publique l’ensemble desdites œuvres dont l’exploitation serait gérée par une Société de perception et de répartition des droits (SRPD) qui assurerait, de façon paritaire, une rémunération aux éditeurs et aux auteurs.

Vous allez être prochainement appelés à voter cette loi pour adoption définitive.

Après lecture attentive, il nous apparait que ce texte ne répond pas à l’objectif affiché de concilier la protection des auteurs et l’accès de tous aux ouvrages considérés comme introuvables. Au contraire il dévoie le droit d’auteur défini par le Code de la Propriété Intellectuelle, sans offrir la moindre garantie à tous les lecteurs de pouvoir accéder aux ouvrages dans des conditions raisonnables.

Il est entendu que, par « auteurs », nous désignons ici les écrivains, les traducteurs, les dessinateurs et les illustrateurs, auxquels sont évidemment liés leurs ayants droit.

Pour rappel, le droit d’auteur est inaliénable et confère aux auteurs et à leurs ayants droit la libre disposition de leur œuvre et de ses exploitations. C’est, entre autres, pour cette raison que vous avez statué sur le droit de copie et sur ce qu’il est convenu d’appeler piratage en matière d’œuvres numériques.

Selon le projet de loi, les auteurs ou ayants droit auraient obligation de s'opposer à l'inscription de leur œuvre sur la base de données, ce qui revient à effectuer une confiscation automatique de la propriété des auteurs et ayants droit, avec une possibilité très limitée de rétraction par les propriétaires légitimes des œuvres. Il s’agit donc d’une remise en question du droit d’auteur inaliénable.

Pour information, il est rarissime que l’indisponibilité d’un ouvrage ressortisse à la volonté délibérée de l’auteur ou de ses ayants droit. Dans une immense majorité des cas, elle est le fait des éditeurs auxquels les auteurs ont cédé le droit d’exploitation commerciale et qui ont cessé d’exploiter ce droit sans toutefois leur en rendre l’usage. Or, le projet de loi que vous allez réexaminer prévoit que l’éditeur en défaut de commercialisation bénéficie au même titre que l’auteur des dispositions de la loi.

Pour réflexion, il arrive également qu’un auteur ne souhaite pas que tel ou tel de ses ouvrages soient remis dans les circuits de diffusion, par exemple parce qu’il a depuis publié un autre ouvrage plus complet auquel la publication numérique du précédent ferait concurrence.

L’auteur seul – ou à défaut ses ayants droit – peut décider d’une nouvelle diffusion de son œuvre. Tout éditeur – numérique ou papier – qui souhaiterait exploiter son œuvre se doit en premier chef de lui proposer un contrat.

Pour comble, la facture générée par la collecte des données et les frais de fonctionnement des sociétés agréées aurait un coût important qui rejaillirait directement sur le prix de vente des ouvrages ainsi exploités et sur la rémunération des auteurs, entraînant l’un à la hausse et l’autre à la baisse.

En conclusion, bien que, en cette période pré-électorale, nous vous savons fort occupés par la multiplication des textes qui vous sont soumis, nous vous appelons à reconsidérer votre position, au regard des achoppements que nous vous exposons, et à rejeter purement et simplement cette proposition de loi qui ne ferait qu’instituer un piratage officiel et général des œuvres littéraires du XXe siècle sous la forme d’une atteinte sans précédent au droit de propriété, ici celui des auteurs.

 

Collectif d’auteurs « Le droit du serf »

17:26 Écrit par ferocias dans Planete-Sf | Lien permanent | Commentaires (5) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/01/2012

Le calendrier maya et la crise !

calendrier maya.jpg

Merci à Criswell du forum PIMPF :-)

20:47 Écrit par ferocias dans Art, Autres, Humour, Planete-Sf | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : maya, 2012 | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook