Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Au Pays des Incas, Léo Gestelys

    Juste pour le plaisir de l'image (mais une notice sera faite bien sûr), ce fascicule de la collection Voyages et Aventures publié par Ferenczi.

    516087d318ffc88c33e60140d35043d7.jpg
  • La Cité du soleil par Gilbert Campbell Bart

    La Cité du soleil

    Orphelins de père et ruinés suite à l’attaque du ranch familial par de sinistres bandits mexicains, Arthur et Bob Sedwick se lancent à la recherche d’un fabuleux trésor « astec » [sic] dont le secret a été donné au premier par vieil Indien descendant « d’une haute caste d’Indiens, des Caciques, des Astecs » (p. 14) qui lui affirma « que, caché [sic] au loin dans les montagnes à l’intérieur du pays, des survivants de la tribu existent encore. » En échange d’un emblème – « un petit morceau de peau de daim excessivement bien apprêté et couvert de signes bizarres et d’emblèmes en fils de différentes couleurs » (p. 15) –, Arthur pourra avoir accès aux immenses richesses du vieil Indien.
    Présenté ainsi, le fascicule semble des plus prometteurs, malgré quelques incohérences (les fils de l’emblème font irrésistiblement penser aux quipus incas par exemple) mais il plonge surtout le lecteur dans une ambiance de western avec attaque de ranch, vol de chevaux, loi de Lynch,… Le lecteur trouve encore la mention d’Apaches chaussés de mocassins qui scalpent leurs ennemis.
    2ddde75879259001a6cad14813b61160.jpgLa cité est cachée et le caractère belliqueux de ses habitants empêche toute incursion hostile. Les deux jeunes gens arrivent à « une sorte de cuvette ouverte dans les collines, bordée de tous côtés sauf un par de hautes montagnes. Du côté libre, une large vallée conduit à un lac autour duquel est bâtie la cité » (p. 32). Pourtant l’accès est plus difficile que prévu, une convulsion naturelle ayant fait ébouler une colline et coupant un peu plus la cité du reste du monde.

     

    Gilbert Campbell Bart, La Cité du soleil, collection "Pour la jeunesse" n°12, Les Editions du Clocher, Toulouse, sans date [1935], 76 pages

  • L'Hallucinante aventure chez les Incas

    5701c6c60b0abc236bc322fa7fa6478c.jpg

    Fascicule de 32 pages paru aux Editions Raymonde Fournier en 1943 sans nom d'auteur, ce petit roman m'a intrigué.
    La couverture tout d'abord montre une certaine méconnaissance de l'architecture inca, il va sans dire.
    Le contenu ensuite, de la même veine que l'illustration, est plus du genre western que d'inspiration incaïque.
    L'auteur enfin, et c'est là le plus intéressant: il n'y a pas de nom sur la couverture ni sur la page de garde. Pourtant un dossier de 813 (la revue des Amis de la Littérature policière) dévoile son nom. Il s'agit de Marcel Pivert. Ce nom ne vous dit peut-être rien. Son patronyme est Jean Meckert, plus connu sous les pseudonymes de John Amila et Jean Amila (publiés dans la Série Noire).

    Il s'agit donc d'un des premiers "romans" de cet auteur prolifique et attachant. 
    Si la couverture porte le titre Hallucinante aventure chez les Incas, la page de garde indique L'Hallucinante aventure chez les Incas.

  • Maurice de Moulins, Les Condors de l'Equateur

    Albert Bonneau, (1898-1967) aliasJacques Chambon, Jacques de Chambon, Lucien Farney, capitaine Francoeur, Jean Voussac est aussi Maurice de Moulins. Il livre des romans d'aventures dont les plus célèbres sans doute sont ceux de la série Catamount (ressortissant du genre Western).

    2c6d868146a4e467827834380660cccf.jpgLes Condors de l'Equateur a pour cadre comme son nom l'indique, l'Equateur et la Cordillières des Andes. Publié dans laz célèbre collection de Tallandier intitulé La Bibliothèque des Grandes Aventures en 1930, c'est un roman dans lequel l'aventure eest totalement débridée. Un grand plaisir de lecture pour ceux qui aiment l'exotisme un peu naïf, le manichéisme forcené, les bons sentiments,... (et pas trop les araignés qui ressemblent à des sortes de fourmis géantes, à moins que ce ne soit le contraire :-D )

    Evidemment ce livre a le charme désuet des vieilles collections d'aventures et on peut y être totalement hermétique. Il va sans dire que ce n'est pas mon cas.

  • Incohérences

    De nombreux romans dont je parle sur ce blog sont truffés d'erreurs historiques. Dans La Guerre des Mayas, un personnage affirme le plus sérieusement du monde qu'il saura se faire comprendre des Mayas car il parle espagnol et que le maya découle de cette langue ?!? C'est encore ces personnages qui débarquent au Brésil et là pas de problème car ils parlent tout à fait couramment... l'espagnol...

    Nous passerons sur les erreurs de localisation sauf sur celle que l'on trouve dans Dramatique reportage, petit fascicule de 32 pages mettant en scène des descendants des Mayas, qui, présentés comme vivant sur le territoire de leurs ancêtres, se retrouvent projetés au ... Nouveau Mexique...

    Pour les incohérences dans le fascicule de la série Texas Bill on pourra se reporter ici.

  • Max d'Amplaing

    Un vieil ouvrage pour la jeunesse, datant de 1950:

    Max d'Amplaing, Le Trésor des Indiens, Junior, Bimensuel, n° 72, Editions Stael, 1950.

    2a3fdf2132ed8dcf53b8b623117f8543.jpgParti à la recherche d'un nouveau métal nommé l'Orium, un savant français tombe sur un trésor indien au coeur de la jungle amazonienne.

    Cette collection présente une particularité: sans doute l'un des premiers textes de Michel Jeury y a été soumis:

    Au n°33, Cinquième liste du concours des scénarii. Résultats définitifs de ce concours avec les titres originaux des scénarii des trois lauréats cités dans le n°24: Bergé -A la recherche du métal; Estèves -Akwa et ses pygmées; Pujol -La reine de la brousse.
    Les 14 primés suivants reçoivent chacun cinq Junior de leur choix et dans cette liste, j'ai eu le plaisir de voir ma patiente curiosité récompensée (je lis toujours les noms des récompensés, c'est un vice d'enfance vraiment tordu car je n'ai jamais participé à un concours de ce genre:)), en douzième place apparaît le jeune Michel Jeury, Bellanger, Agnac (Lot et Garonne) pour "Les Aigles de l'océan"! Ce n'est sûrement pas de la SF mais cela m'étonnerait que ce scénario écrit à 14 ans figure dans la biblio de M'sieur Jeury, une exclu BDFI donc...

    (Merci à Cirroco Jones du forum BDFI: www.bdfi.net )