Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Quelques images pour le plaisir des yeux

    Ayant posté des messages sur de nombreux fora pour trouver des références d'oeuvres inconnues de moi ou difficilement accessibles ou pour récupérer des images, j'ai le plaisir de recevoir de nombreuses (de plus en plus nombreuses même) réponses.
    Que tous ces contributeurs-trices soient remercié-e-s.
    Grâce à elles et eux, je peux poster ces quelques images qui intéresseront particulièrement les amateurs de BD (pas de jaloux, je posterai toutes les images reçues au fur et à mesure ;-D ).

    Howard Purcell, La Légende du Géant Aztèque, Sidéral n° 37 - Artima 04/1961; VO: House of Mystery n° 100 - DC Comics 07/1960.
    875167448.gif
    1402798884.jpg
    1781550811.jpg

     

     

  • Michel Azama, Aztèques

    1371990377.jpg

    Michel Azama a écrit le texte de Aztèques, une pièce de théâtre montée au Théâtre 13 en 2006 avec une mise en scène de Quentin Defalt. Le spectacle a notamment été repris en 2007 au festival d'Avignon.


    L'argument de la pièce nous indique:
    "1519. Cortés, accompagné de sept centaines d’hommes, débarque sur les côtes mexicaines. Ayant appris l’existence de l’empire aztèque, il commence une lente progression vers Tenochtitlan où il est directement reçu par l’empereur Moctezuma. Ce dernier, au regard de nombreux signes, légitime de plus en plus l’invasion espagnole : elle correspond au retour du dieu Quetzalcoatl. Cortés s’impose alors aux yeux du peuple aztèque telle une divinité.
    Tandis que les Espagnols massacrent par milliers les Aztèques, Cortés et Moctezuma s’entraînent dans un rapport de séduction qui mènera le premier vers la désespérance et le second vers la mort, le tout sous le regard amusé et distrait d’un pape « maladif et variqueux », assistant à la conquête espagnole comme l’on pourrait suivre une mauvaise émission sur le petit écran...
    Comment se comporter avec autrui ? Telle est la question qui se dissimule derrière chaque page d’Aztèques. Ce texte ne cherche pas à apporter de réponse. Il souligne l’incohérence des hommes : venir pour découvrir une terre et prêcher l’amour de Dieu et ne rien faire d’autre que de découvrir une terre et massacrer au nom de Dieu.
    Aussi, comment rendre intelligible à tous cet égarement culturel, religieux et social qui malmène les fondements et les seules espérances de l’homme : l’amitié et l’amour. C’est par le théâtre que cette quête d’un honneur parfois difficile trouve son territoire."

    Le texte a été publié par les Editions théâtrales.

     

     

  • Jean Ache & Claude Dupré, Le Mystère de la cité perdue

    Joseph Altairac, nom que tous les amateurs de science-fiction se doivent de connaître, m'a fait l'amitié de me signaler l'existence de la bande dessinée Le Mystère de la cité perdue de Jean Ache et Claude Dupré. Il s'agit de la deuxième aventure de la série Nic et Mino. Le Mystère de la cité perdue fut d'abord publiée dans le Journal de Mickey sous le titre "Destination inconnue".

    Les illustrations sont de Jean Ache pour lequel la Bédéthèque nous apprend:
    "Jean Ache (1923-1985) est de 1946 à 1949 un des principaux collaborateurs du journal O.K., avec notamment Tonton Molécule, et de Mon Journal avec Achille, Lastuce et Crémolet. Pour la grande presse, de 1948 à 1957, il anime trois séries (Archibald, Agénor et Amanda)dans France Dimanche. A la même époque, il travaille aussi pour Libération (Gil Blas en 1955) et surtout France-Soir. Après quelques bandes verticales dans Le Crime ne paie pas, il y réalise la plus célèbre de ses séries, Arabelle la dernière sirène. La série quotidienne s'arrète en 1962, après 3550 bandes (sous-textées, puis avec bulles).
    source http://www.pressibus.org/bd/heroes/indexfr.html .
    La série Arabelle revient dans les pages du journal Tintin ( à la fin des années 1970 me semble-t-il ) dans 2 grandes aventures inédites de 44 ( ou 46 ? ) pages.On retrouve ensuite Jean ACHE dans le journal PILOTE où il réalise quelques pages d'actualités particulièrement originales et colorées dans un style très différent de ses réalisations précédentes.Jean Ache est également connu pour avoir repris les aventures de Pat'apouf, aventures qui parraissaient (au moins dans les années 70) dans le Pélerin magazine, un album souple paru)."

    Le scénario est dû à Claude Dupré. Cette fois c'est Wikipédia qui nous donne quelques informations:
    "Claude Dupré est le pseudonyme d'une scénariste française de bandes dessinées, Agnès Guilloteau. Sous ce pseudonyme, elle a notamment écrit les scénarios de Nic et Mino et, sous son vrai nom, une version en bande dessinée de Fantômas parue en 1969 dans Jours de France." (la mention de Fantômas ne peut que me réjouir ;-), private joke à l'attention de celles et ceux qui me connaissent)

    Pour en revenir à cet épisode de Nic et Mino, nos intrépides héros se trouvent chez les Pérugiens (sic) où ils découvrent (un peu contraints et forcés) Puiyarca, la cité des nuages située en haut de l'escalier de trois mille marches!
    Ils rencontreront encore des descendants des Conquistadors, détenteurs du trésor des Incas, dans leurs costumes d'époque et qui ne savent pas que l'Empire espagnol s'est effondré. Evidemment rien de sérieux dans tout cela mais c'est fort réjouissant que de lire de naïves histoires de civilisations cachées ou survivantes!

    505115911.jpg

    Jean Ache & Claude Dupré, Le Mystère de la cité perdue,
    Nic et Mino, n° 2, Editions Hardy, 1962
    Prépublication sous le titre Destination inconnue
    dans Le Journal de Mickey, n°364 à 404, 1960

  • Harry Harrison, L'Univers captif

    Les oeuvres de science-fiction mettant en scène des arches stellaires (sur le modèle de l'Arche de Noé) sont relativement nombreuses. On peut penser, par exemple, à Croisière sans escale de Brian Aldiss (publiée en 1959) ou Objectif Pollux de Edwin Charles Tubb.

    L'Univers captif de Harry Harrison présente la particularité de mettre en scène une société fonctionnant le modèle aztèque.

    113091059.jpg.2.jpg

     

    Harry Harrison, L'Univers captif, Le Masque Science-Fiction n° 81, 1978

  • "Coke" de Laurent Breton

    J'ai pris beaucoup de plaisir à lire la nouvelle de Laurent Breton intitulée "Coke" (ce n'est pas de la cocaïne, juste du Coca-Cola qui a des vertus tout à fait inconnues du commun des mortels, c'est le cas de le dire ;-) ).

    Je recherchais cette nouvelle publiée dans Gamète en 2002 et citée dans le livre L'histoire revisitée : Panorama de l'uchronie sous toutes ses formes d'Eric B. Henriet dont j'ai déjà parlé.

    Ayant déposé sur un forum cette recherche, j'ai eu l'honneur et le plaisir d'être contacté directement par l'auteur! Très sympathique!

    Certains explorateurs européens ont pu... Non je n'en révèle pas plus: vous pouvez lire une version de "Coke" de 1997 ici

    Bonne lecture!

    Si ça vous a plu, vous pouvez me laisser un commentaire, j'en ferai part à Laurent.

  • Retard

    11e jour sans petite chronique. Un peu débordé en ce moment après une semaine de vacances, je vais me remettre à chroniquer les ouvrages de ma collection. Un peu de patience.

  • XXX, Yuka Fils du Soleil

    Publiée dans Rintintin, la série Yuka, fils du soleil  narre les aventures du héros fuyant la capitale aztèque dirigée par l'usurpateur Chimal. Itza, soeur de l'empereur et tout aussi maléfique que lui, est amoureuse de Yuka.
    On trouve des cités disparues (comme dans l'épisode La Cité des singes dans laquelle des singes imitent les hommes avec trône, bijoux, comportements antropomorphes,...) et des sociétés secrètes.
    Yuka, avec ses cheveux blonds et son coutelas à la ceinture, fait irréstiblement penser à Rahan.