Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Cholito au pays des Incas

    382867362.jpg
  • Carmen Bellousa, Duerme

    Duerme est un roman écrit par Carmen Bellousa publié aux éditions L'Atalante. L'immortalité grâce à une eau bénéfique pose toujours problème. Dans la nouvelle Coke de Laurent Breton, les anciens conquistadors doivent s'abreuver d'une boisson fort connue, ici, l'héroïne se trouve bloquée dans la vallée de Mexico.

    La 4e de couverture:

    Mexico, 1571, cinquante-deux ans après l’arrivée de Cortés ; le système colonial est solidement implanté et les Espagnols bâtissent la chrétienté sur les ruines du monde indien. Claire, une jeune aventurière française qui s’habille en homme, est enlevée par des Indiens. On veut la substituer sur la potence au comte Urquiza, accusé de complot par le vice-roi et condamné à la pendaison. Mais une Indienne injecte dans ses veines de « l’eau des lacs du temps jadis » qui la rend immortelle, pour peu qu’elle ne quitte pas la vallée de Mexico. Car dès qu’elle s’éloigne elle plonge dans une léthargie profonde ; duerme : elle dort. Roman historique et d’aventures, fantastique aussi, sorte de Belle au bois dormant picaresque, Duerme ne cesse de prendre son lecteur à contre-pied. L’auteur y subvertit le récit par l’érudition, l’humour et la poésie avec un irrésistible entrain.

    1770572715.jpg

     

    Carmen Bellousa, Duerme. L’Eau des lacs du temps jadis
    traduit par C. Fell, L'Atalante, 1997.

  • Zorro et le trésor du Pérou

    Carlos Murietto, élégant et inquiétant cavalier, arrive à Los Angeles et suscite immédiatement la curiosité du sergent Garcia. Don Diego observe la scène: Murietto porte le chapeau typique des gauchos argentins. Murietto convoque le tanneur José Berciano dans sa chambre et ils admirent la célèbre Croix des Andes parmi les trésors subtilisés par le premier dans différentes églises d'Amérique du Sud pour le compte de l'Aigle.
    Zorro punit les méchants et le sergent Garcia est chargé de remettre au padre Felipe les bijoux, joyaux et objets religieux volés.

    Si l'or et les pierres précieuses proviennent probablement des anciens trésors incas, nos chers peuples du soleil ne sont même pas cités malgré le titre attirant du livre. Dommage :-(

    847023881.jpg

    Walt Disney, Zorro et le trésor du Pérou,
    Idéal bibliothèque, Hachette, 1973.
    Texte français de Thérèse Bertels, illustrations de François Batet.

  • Charles Normand, L'Emeraude des Incas

    74197836.jpg

    Une petite curiosité: L'Emeraude des Incas de Charles Normand dans une version écourtée destinée aux enfants anglais. L'ouvrage date de 1900. On trouve en introduction le résumé de l'action ainsi qu'une courte notice biographique de l'auteur (en anglais). Le texte suit (il couvre seulement 66 pages) et, en fin de volume, on trouve le vocabulaire et quelques exercices de traduction. Une pièce intéressante.

    957088508.jpg

     Charles Normand, L'Emeraude des Incas, adapté par F. Aston Binns
    collection "Siepmann's French Series Elemantary, 
    MacMillan and Co limited (Londres & New York), 1900 

  • Jack Lancer, Chris Cool chez les Jivaros

    La série Chris Cool, qui compte six numéros, a été créée en 1967 par Jack Lancer (avec le premier volume: X Marks the Spy). A partir de 1969, elle est traduite en français dans la collection Bibliothèque Verte (Hachette).

    L'un des épisodes retient notre attention: Chris Cool chez les Jivaros (VO: Heads You Lose).

    La 4e de couverture: Z, le grand patron, faisait face aux deux jeunes agents secrets, chris Cool et son ami le Sioux geronimo. Les garçons savaient déjà où on allait les envoyer: dans la jungle de l'Amazonie, chez les chasseurs de têtes! Charmante perspective...

           Z regarda les agents comme pour jauger leurs capacités, parut satisfait de son examen, et enchaîna:

           "Notre ennemi est un nommé Cascarel, un rebelle de la pire espèce. Il a réussi à tenir en échec tous les services secrets américains. Vous êtes chargés de retrouver ce Cascarel et de le ramener.

           "Mort ou vif?"

     

    2002152847.jpg



     

    Jack Lancer, Chris Cool chez les Jivaros, Bibliothèque Verte, Hachette, 1970.

  • Jean-Claude Martin, L'Inconquistador

    772533361.jpg

    J'aime assez les défis littéraires. Pérec, l'Oulipo, Queneau, les surréalistes sont aussi parmi mes références littéraires. Je suis tombé, tout à fait par hasard, sur un roman en alexandrins (6.000 alexandrins!) de Jean-Claude Martin. L'ouvrage est intitulé L'Inconquistador. Le site de l'auteur présente ainsi l'ouvrage:

    "L'Inconquistador" de Jean-Claude MARTIN : un livre étonnant de près de 6000 alexandrins, qui renouvelle le genre délaissé du poème épique et révèle aux Français Alvar NUNEZ CABEZA de VACA, héros fascinant de la Découverte de l'Amérique. A Contre-Pied , Editeur.

    L'ENIGME HISTORIQUE des CITES de l’OR

    CABEZA de VACA a-t-il découvert, dans les années 1530, la troisième civilisation indienne de l'Or dans le Sud des actuels Etats-Unis, alors que Cortés pillait celle des Aztèques et Pizarro celle des Incas ?
    A-t-il protégé les Sept Cités mystérieuses, dont on rapportait qu'elles enserraient ses richesses, de la destruction par les Conquistadors ?
    Est-ce pour mystifier ces cruels aventuriers qu'il a passé sous silence, dans sa "Relation" à Charles-Quint, l'essentiel des huit années de son cheminement de 8000 km entre Floride et Californie ?
    Aurait-il, à la fin de sa vie, décrit ses véritables aventures dans une ultime Relation cachée ? Dans son magistral ouvrage "El largo atardecer del caminante", le grand écrivain argentin Abel Posse l’a suggéré.

    Jean-Claude MARTIN l'aurait-il trouvée ? Dans "L'Inconquistador", il reconstitue l'épopée de Cabeza de Vaca, en rajoutant des "révélations" inédites au premier rapport fait à l'empereur - traduit ici en français et en vers avec précision et fidélité historique.

    Cette idée d'errance et de découvertes de lieux tout à fait extraordinaires est récurrentes dans le domaine qui nous intéresse. J'ai déjà cité Laurent Breton (avec une nouvelle intitulée Coke que l'on peut lire en ligne) et beaucoup d'autres.
    Ici, s'ajoute la performance que constitute l'écriture, au XXIe siècle, d'un ambitieux poème épique qui couvre plus de 230 pages.

  • Jacques Chambon, Le Boucanier de San Felipe

    De perfides Anglais prennent par surprise l'île de San Felipe, fief des braves boucaniers français. Grâce à la ruse, nos héros pourront reprendre leur terre et infliger une sévère défaite aux Anglais.

    Sous le pseudonyme de Jacques Chambon, Albert Bonneau (l’auteur de la série Catamount) offre un bel exemple de roman de pirates (pardon boucaniers) publié par la petite librairie (fascicule édité par Ferenczi ). Si les boucaniers s’enfoncent dans l’île afin de fuir les envahisseurs et préparer leur revanche, on ne trouve malheureusement pas de Caraïbes dans l’ouvrage mais cela valait la peine de chercher car, parfois, dans les aventures maritimes apparaissent des représentants des Peuples du Soleil .

    Jacques Chambon, Le Boucanier de San Felipe,
    Mon Roman d’aventures, n° 6, Ferenczi, 1943