Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Prix unique du livre

    COMMUNIQUE DE PRESSE SGDL - SNE - SLF
    Société des Gens de Lettres - Syndicat National de l’Edition - Syndicat de la Librairie Française

    Dans le cadre de l'examen du projet de loi sur la modernisation de l’économie à l'Assemblée nationale, des Députés ont élaboré des propositions d’amendements visant à supprimer l’une des dispositions majeures de la loi du 10 août 1981 relative au prix du livre en réduisant de deux ans à six mois le délai durant lequel les soldes de livres sont interdits.
    L'intervention de la Ministre de la culture et de la communication, Christine ALBANEL, et de ses services, ainsi que la mobilisation commune des auteurs, des éditeurs et des libraires à travers leurs organisations professionnelles (Société des Gens de Lettres; Syndicat National de l'édition, Syndicat de la librairie française) a permis d'alerter les parlementaires sur les dangers extrêmes de ces amendements et a favorisé le retrait de celui défendu par un membre du groupe UMP. Il semblerait néanmoins que le second amendement, porté par un Député du groupe Nouveau Centre, puisse encore être maintenu malgré le vote négatif de la Commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, ce que dénoncent avec la plus grande fermeté les auteurs, les éditeurs et les libraires.
    En effet, si cette disposition était adoptée par le Parlement, elle signerait la fin du prix unique du livre et amorcerait un bouleversement total du marché du livre.

    La SGDL, le SNE et le SLF rappellent que les conséquences d'une dérégulation du marché du livre seraient, en premier lieu, pénalisantes pour les consommateurs et les lecteurs. En effet, comme cela s’est vérifié à l’étranger – au Royaume-Uni en particulier où le prix unique a été supprimé en 1995 –, la dérégulation du marché du livre emporterait au moins trois effets négatifs : un appauvrissement de l’offre éditoriale, de nombreux titres ne pouvant plus être publiés par les éditeurs, une augmentation du prix moyen du livre préjudiciable au pouvoir d’achat des lecteurs, les éditeurs étant contraints de compenser le manque de recettes lié aux soldes par une augmentation globale de leurs prix et, enfin, des obstacles supplémentaires pour le public dans son accès au livre du fait de la disparition de librairies en centre-ville. Des livres en moins grand nombre, plus chers et moins accessibles, le consommateur, contrairement aux idées reçues, a tout à perdre à cette dérégulation.
    Les librairies indépendantes, dont l’une des principales spécificités consiste justement à offrir au public des ouvrages de plus de six mois, ne pourraient résister à l’émergence d’un marché du solde à grande échelle dans les grandes surfaces comme sur Internet. Leur disparition serait dramatique pour la diversité de la création éditoriale et pour la vitalité des centres villes.
    Les éditeurs, pour leur part, pâtiraient directement d’un report des achats de nouveautés dans l’attente des soldes, d’un « discount » sur les ouvrages du fonds de leur catalogue ainsi que de la fragilisation ou de la disparition de nombreuses librairies.
    Quant aux auteurs, pour autant que le décompte de leurs droits soit praticable, ils ne mettraient pas longtemps à voir leur montant réduit à bien peu de chose : dans le meilleur des cas, l’exploitation de leurs ouvrages ne dépasserait pas la période considérée, et, le plus souvent, le public n’aurait que six mois à attendre pour acquérir un livre à un prix de liquidation. C’est dire que le système envisagé ne profiterait qu’aux auteurs de « best-sellers ».

    La SGDL, le SNE et le SLF rappellent que la loi de 1981 a bénéficié depuis l’origine d’un très large consensus, parmi les professionnels comme au sein de la classe politique, la loi ayant été votée à l'unanimité, en 1981 comme en 2003 lors de son extension aux ventes aux collectivités.
    Cette loi a incontestablement permis un essor du marché du livre grâce à un réseau très dense de points de vente qui garantit la diversité de l’offre éditoriale et, donc, la richesse de la création littéraire. Elle est une vraie loi de concurrence car les différents types de circuits de diffusion, des librairies indépendantes à la grande distribution, en passant par les grandes surfaces culturelles et les librairies en ligne, ont pu se développer sans que l’un de ces circuits n’écrase pour autant ses concurrents. Cette densité et cette diversité des circuits de diffusion permettent à l’ensemble des secteurs éditoriaux de trouver leur public.

    Enfin, le prix unique a pour autre vertu de contenir l’augmentation du prix du livre. Ainsi, les chiffres de l’INSEE montrent que, sur les dix dernières années, l’indice du prix du livre a évolué deux fois moins vite que l’indice général des prix.
    La loi du 10 août 1981 sur le prix unique du livre est une loi concurrentielle et, qui plus est, anti inflationniste. Elle constitue l'une des illustrations les plus éloquentes et les plus concrètes de la diversité culturelle. La guerre des prix que certains veulent engager aboutirait à une liquidation de la culture. Les professionnels sont pleinement disposés à ouvrir la réflexion et le débat sur ce sujet avec les parlementaires mais en prenant le temps nécessaire pour mener des analyses pertinentes.

    C'est pourquoi, les auteurs, les éditeurs et les libraires demandent le retrait de l'amendement sur les soldes de livres et en appellent à l'ensemble des parlementaires et au Gouvernement afin qu'ils rejettent ces tentatives de déstabilisation du marché du livre qui seraient ruineuses et irrémédiables pour l'économie du livre et pour la culture.

  • Serge Marèze, Le Bracelet de corail

    Serge Marèze nous entraîne dans les pas d'un jeune conquistador faisant partie de l'expédition de Cortès. Les deux lieutenants du Capataz Cortès ont des orientations totalement différentes: Rodrigo plaide pour des échanges commerciaux fructueux et pacifiques avec les Aztèques alors qu'Amereyo ne rêve que de carnage et de pillage.

    Plusieurs originalités dans ce fascicule: pas de mention de sacrifice humain, une image très valorisée des loyaux Aztèques, l'idée de rapports très pacifiques avec les indigènes.

    Quelques incohérences aussi avec des Mayas qui chargent sur leurs chevaux des prisonniers espagnols...

     Serge Marèze, Le Bracelet de corail,
    collection Junior, n° 53,
    Editions S.T.A.E.L., 1949

     

  • XXX, La Planète des dingues

    Eh bien, jusqu'où va se loger le précolombianisme!
    La Planète des dingues est la 4e volume de la collection Piment Rouge (qui ressemble fort aux petits formats publiés par Elvifrance par exemple). On y trouve la mention de sacrifices humains en haut de pyramides sur une planète lointaine dirigée par des Amazones fort dénudées.

    679824574.jpg
    307940225.jpg
  • Louis Delluc, Le Mousse de la Niňa

    Un jeune mousse s'embarque sur la Niňa et suit Christophe Colomb vers les terres inconnues. Il se liera d'amitié avec un jeune indien. Une vision un peu idyllique de la découverte de l'Amérique et de belles illustrations en noir par René Auger. René Auger obtint en 1947 le Prix de l'Imgae Française. En 1953, Le Mousse de la Niňa fut lauréat du Prix Jeunesse, prix littéraire du meilleur livre pour enfants, décerné sur manuscrit.

    Malheureusement la jaquette illustrée par René Auger fait défaut à mon exemplaire. Si une lectrice ou un lecteur de ce blog avait la possibilité de me faire parvenir un scan, je lui en serais très reconnaissant.

    Une petite illustration intérieure:

    2122421660.jpg

     

    Louis Delluc, Le Mousse de la Niňa.
    Avec Colomb vers des terres nouvelles
    ,
    Editions Bourrelier, 1955 (2ème édition).
    Illustrations de René Auger.

     

  • Gilles Devindilis, Sur la piste des Mayas

    172722076.png
    1307311436.png

    Gilles Devindilis, Sur la piste des Mayas,
    série Simon Granger l'Acadien, n°4,
    éditions du Grand Hunier, 1995
    Réédition: Sur La Piste Des Mayas,
    Collection Chacal, n° 19,
    Editions Pierre Tisseyre, 2002 
    (dans la réédition le héros
    Simon Granger l'Acadien devient Laurent Saint-Pierre)

  • Frédéric Marniquet & Philippe ChapelleLa Cité de l'éternel retour

    Un petit air d'Indiana Jones pour Paul Darnier, baroudeur dont les aventures nous sont contées en images par Frédéric Marniquet et Philippe Chapelle. Un petit air de Bob Morane aussi avec une intrigue qui nous emmène sur les traces d'un explorateur disparu (comme dans Sur la Piste de Fawcett) et la découverte d'une cité inca: la mythique Gran Païtiti.

    Merci à Masque Jade du forum A Propos de Bob Morane pour m'avoir signalé cette BD. 
    De même, n'hésitez pas à me contacter en me laissant un commentaire si vous avez des indications bibliographiques à me fournir.

    1050482173.jpg
    431260536.jpg

    Frédéric Marniquet (scénario) et Philippe Chapelle (dessin) ,
    La Cité de l'éternel retour,
    Série Les Aventures de Paul Darnier, n° 1,
    Editions Albin Michel, 2005, 46 planches

  • Jeu: Le Trésor des Incas

    "Plusieurs siècles se sont écoulés depuis l'époque où le Fils du Soleil, ces Incas légendaires, vécurent au sein d'une civilisation resplendissante de majesté, dans les montagnes boisées d'Amérique du Sud.

    Depuis, tout est calme dans cette nature luxuriante. Seule la légende de leurs trésors fantastiques a traversé les siècles pour arriver jusqu'à nous.

    Une rumeur insistante se propage. Un trésor fantastique serait caché là-haut, dans ces montagnes mystérieuses, dans l'un des neuf temples du Soleil.

    Voilà pourquoi des dizaine d'aventuriers préparent leurs expéditions dans le camp qui se trouve au pied des forêts tropicales. Ils partiront au lever du jour, prêts à affronter les dangers de cette montagne mystérieuse, pour découvrir "le trésor des Incas"


    Le trésor des Incas est caché dans un des temples du Soleil. Qui saura le trouver et le ramener au camp sera déclaré vainqueur.

    Chaque joueur débute la partie avec son pion qui représente une expédition.
    Il avancera en lançant 2 dés, de la valeur d'un des 2 dés ou de la somme des 2 (au choix).
    Pour changer de direction, il devra utiliser des cartes d'orientation des 4 points cardinaux.
    Sur le plateau de jeu sont disséminés des cases spéciales: soit des passages risqués, soit de l'eau, des îles, ou des temples du Soleil.

    Ce sont ces derniers qui contiennent des trésors, dont LE trésor !!! Le joueur qui le récupère est alors pourchassé par les autres joueurs qui veulent s'emparer DU trésor, jusqu'à ce qu'un joueur arrive avec LE trésor dans le camp ! "

    776844001.jpg