Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Bilan de fin d'année

    La fin d'année est traditionnellement dévolue aux bilans.
    Pour ce blog, cela donne une forte augmentation de "l'audience" et un total depuis sa création de 30873 visites et 76414 pages vues.
    J'ai déjà écrit mon étonnement à voir le nombre de visites générées par un blog ultra-thématique (et absolument pas sur les technologies nouvelles).

    Evidemment quand on écrit, on veut être lu. Sans doute des améliorations devront encore être apportées afin que tout ceci soit encore plus convivial, plus documenté, ...

    Un souci s'approche désormais à grands pas: Haut&Fort offre une formule à 30 Mo. J'en suis à 25 Mo, soit 83,33% de la capacité déjà utilisée. Il me faudra faire du tri dans les près de 240 commentaires pour éliminer tous ceux qui étaient purement liés à une actualité afin de récupérer de la place et pouvoir "tenir" encore une année.

     

    En attendant: BONNE ANNE A TOUT LE MONDE !

  • Jean Carrère, La Fin d’Atlantis ou le grand Soir

    En lisant un ancien numéro de A & A Infos (fanzine de SF dirigé par Francis Valéry), un titre m’est revenu en mémoire : La Fin d’Atlantis ou le Grand Soir de Jean Carrère (1868-1932) - (remière publication en 1926. Comme d’autres (mais Jean Carrère le fait dans le cadre de la fiction), l’auteur donne une origine peau-rouge aux Atlantes. Atlantis, composée de sept îles situées dans l’Océan Atlantique, a soumis "les empires noirs d’Afrique, les empires mayas et toltèques d’Amérique, elle est en train de coloniser l’Europe".

    Je ne possède que la réédition en Omnibus in Atlantides. Les îles englouties.

    atlantides iles englouties.jpg

    Signalons que l’édition originale date de 1926 (chez Plon-Nourrit) et qu’il existe une édition avec jaquette dans la Bibliothèque Reliée Plon (1932) dont la couverture est reproduite ci-dessous :

    carrère ka fin d'atlantis.jpg

    Jean Carrère, La Fin d’Atlantis ou le grand Soir,
    Plon-Nourrit et Cie, 1926. Plusieurs rééditions

  • Zeb Wells et Chris Bachalo, Neige d'avril & Le Dernier jour sans nom ( Spider-man )

    Le Spiderman n° 107 de décembre 2008 comprend 4 épisodes (3 de Spidey et 1 des Thunderbolts). Les deux premiers épisodes ("Neige d'avril" et "Le dernier jour sans nom") retiendront toute notre attention car apparaissent des Mayas fanatiques en plein New-York sous la neige. Pourquoi sont-ils là? Voir la réponse sur la deuxième image ci-dessous. Que risque notre ami Spidey? Voir sur la troisième image ci-dessous.

    On trouvera une critique de ce comic ICI.

    Quelques images:

    spiderman 107001.jpg
    spiderman 107002.jpg
    spiderman 107003.jpg

    Zeb Wells et Chris Bachalo, Neige d'avril ( VO: Sometimes It Snows in April) &
    Le Dernier jour sans nom
    ( The Last Nameless Day),
    Spider-man, n° 107,
    Marvel / Panini Comic, décembre 2008.

  • Collectif, Le Dico des héros

    moutonselectriques.jpg

    J'ai participé à plusieurs ouvrages de la collection La "Bibliothèque Rouge".
    Le 13e volume est en cours de relecture (je fais partie de l'équipe des relecteurs attentifs, acharnés, concentrés, vigilants,...). J'y ai glissé quelques notules sur certains personnages (dont quelqu'uns qui ont rapport avec les Peuples du Soleil bien sûr!).
    L'exercice est toujours sympathique: participer non seulement comme auteur mais aussi à l'élaboration du livre que vous aurez bientôt entre les mains.

    Les Moutons Electriques présentent ainsi l'ouvrage:

    "La « bibliothèque rouge » fête son treizième opus sous la forme d'un dictionnaire encyclopédique des personnages du roman policier, du roman historique, de la littérature populaire, de l'érotique et de la jeunesse. Graphisme de Sébastien Hayez, préface de Johan Heliot. Si vous voulez connaître les prénoms des filles du docteur Marsh, la date de naissance de Tarzan, la couleur du roadster de Nancy Drew, le vrai nom de D’Artagnan et de Zorro, le prénom de l’inspecteur Morse et de Jeeves ou l’adresse d’Hercule Poirot, ce livre est pour vous. 430 notices héroïques y attendent votre curiosité."

    Ajoutons qu'il est abondamment illustré et que quarante spécialistes des mauvais genres y ont participé:

    Céline Albin-Faivre, Vivian Amalric, François Angelier, Isabelle Ballester, Étienne Barillier, Jacques Baudou, Cristoforo Biondi, David Calvo, David Camus, Fabrice Colin, Raphaël Colson, Olivier Davenas, Laurent Doublet, Philippe Ethuin, Marc Février, Gwen Garnier-Duguy, Philippe Gindre, Manuel Hirtz, Patrick Imbert, Frédéric Jaccaud, Bernard Joubert, Roland Lacourbe, Jean-Marc Lofficier, Philippe Lombard, Nicolas Lozzi, Marc Madouraud, Patrick Marcel, Xavier Mauméjean, Mireille Meyer, Harry Morgan, Gaëlle Nohant, Laurent Queyssi, Jean-Jacques Régnier, Jean-Luc Rivera, André-François Ruaud, Simon Sanahujas, Jean-Jacques Schléret, Nicolas Trespallé, Éric Vial.

    Le Dico des héros sera disponible en février 2009. En attendant, je reprends mon crayon, savoure la richesse de l'ensemble et corrige couilles, coquilles et autres erreurs aurtaugrafiques, ortographikes, je vais y arriver: orthographiques ;oD.


    Collectif, Le Dico des héros,
    « la bibliothèque rouge », volume 13,
    Les Moutons Electriques Editeur, 2009.

  • Lewis Shiner, En des cités désertes

    4e de couverture de ce roman:

    "De nombreuses questions restées sans réponse donne force et mythologie au continent américain. A quoi correspondent les dessins de la plaine de Nazca? Que sont devenus les populations troglodytiques du Nouveau-Mexique? Qu'est devenu le trésor des Incas ? Et surtout pourquoi les Mayas ont-ils déserté leurs cités prospères pour se réfugier dans la jungle inhospitalière du Yucatàn? C'est à cette dernière question que vont répondre quatre américains — Eddie, Lindsay, Thomas et Carmichael — perdu dans les ruines de Na Chan, sur fond de révolution zapatiste dans le Chiapas.

    Ce roman plein de secrets séculaires, de déités originaires du commencement des temps, de fusillade, mêle avec brio aventures surnaturelles et archéologie comme dans un bon film d'Indiana Jones."

    shiner en des cités désertes.jpg

    Lewis Shiner, En des cités désertes
    (VO: Deserted cities of the heart, 1988),
    Collection Lunes d'Encre, n°23,
    Editions Denoël, 2001

  • Malo Louarn, Rona: L'Or du Macho-Fichu

    Gaël m'a fait l'amitié de déposer un commentaire il y a peu. Dans un questionnaire, il avouait ne lire presque que de la bande dessinée. Pour ne pas trop le décontenancer à la lecture de ce blog, voici donc une bande dessinée!

    Dans cette bande dessinée publiée par Ouest France, Rona, journaliste au Pavé, se rend, sur l’ordre de son directeur, au Macho-Fichu, étrange pays d’Amérique du Sud, afin de mettre fin à la détention de son collègue Robert Coquille.

    Le Macho-Fichu est une enclave indépendante du fait d’une erreur dans le tracé de la frontière entre la Guyane française et le Brésil. Les Indiens du cru se nomment les Ptikoutsèques et Yspéyainboques.

    Désireux de favoriser le tourisme, le général Ossissoulo, qui remet son mandat en jeu tous les 75 ans, a décrété qu’il faisait toujours beau au Macho-Fichu (alors qu’il pleut sans cesse). Il rencontre une charmante ethnologue et remonte le fleuve. Un attentat fait couler leur navire et ils sont recueillis par des Yspéyainboques, illettrés mais grands admirateurs de Karl Marx. Ils sont conduits à la base de la guerilla où ils retrouvent Robert Coquille. Les prisonniers parviennent à s’échapper et découvrent une belle statue en or du dieu Passmwatonhamac ainsi qu’un extraordinaire filon aurifère dont le secret finit par s’éventer. Alors que les guerillos se disputent la fortune, nos amis recouvrent la liberté.

    louarn rona l'or du machu fichu001.jpg

    Malo Louarn, Rona : L’or du Macho-Fichu,
    Série Rona, n°1
    Editions Ouest-France, 1985

  • Robert Gaillard, Port Châtiment

    Roger Gaillard (1909-1975) a été un auteur prolifique (239 notices au catalogue de la BNF !).
    Souvent ses livres sont des récits historiques romancés.
    Dans Port Châtiment, il relate une expérience hors du commun (mais réelle). Une jeune Blanche enlevée par une tribu anthropophage est retrouvée alors qu’elle est adolescente. La (ré-)adaptation à la « civilisation » est particulièrement difficile.

    gaillard port chatiment001.jpg

     

    Robert Gaillard, Port Châtiment, Presses de la Cité, 1965,
    Jaquette illustrée par M. Gourdon