Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Guy d'Antin, Les Oiseaux de foudre

    Grâce à Ignatz Mouse du forum A propos de littérature populaire m'a indiqué un titre que je ne connaissais pas. Il s'agit de Les Oiseaux de foudre. Pour ce qui est de la signature dans l'édition française, c'est un peu compliqué, nous allons y venir.

    Voici le petit résumé d'Ignatz:

    Arrivés sur place, Barnes et son équipe se retrouvent au milieu d'une deuxième guerre : l'ami destitué était en fait descendant des rois incas et seul gardien du trésor de ces rois. Un faction rivale inca menée par des prêtres au sein d'une population cachée dans une vallée perdue mais "protégée par des cellules photo-électriques" dans les Andes ( la vallée des Ailes de la Mort ) veut récupérer ce trésor : ils utilisent les Ailes de la Mort, des missiles téléguidés déguisés en condors géants.

    extrait :
    "Et tous comprirent que ces descendants des incas avaient atteint un haut degré de connaissances et d'ingéniosité en mécanique et en chimie, la preuve de leur talent était patente"
    ( p. 191 )


    Autre extrait qui, lui, me pose un problème sachant que Guy D'Antin est également traducteur des Doc Savage ( Monk Morton est ici un aviateur ennemi de Bill Barnes. ) :

    "Monk... était un individu d'aspect repoussant, avec des bras trop longs, semblables à ceux d'un singe, une tête sphérique, hérissée de sourcils proéminents et flanquée d'une machoire étrange - l'ensemble lui avait valu son simiesque surnom de Monk l'rorang"

    Pour ceux qui ne connaissent pas Doc Savage, il s'agit de la description de Monk, un des amis du Doc.

    La collection Aventures dans laquelle est paru ce titre se contentait de traduire des pupls américains (ces ouvrages de peu de prix aux couvertures souvent colorées) pendant les années 1930.

    Pour la paternité du texte, il va falloir suivre un peu:

    > en France, il est signé Guy D'Antin, probalement le nom du traducteur.
    > aux Etats-Unis, le texte est paru sous le titre
    "Wings of Death" signé George L. Eaton dans le pulp "Bill Barnes Air Adventures" en mars 1934.
    > George L. Eaton est un pseudonyme collectif utilisé par les éditions Street & Smith.
    > Pour ce roman, le pseudonyme maison cache le nom de l'auteur qui est le Major Malcolm Wheeler-Nicholson.

    Vous avez suivi?

     

    Aventures__oiseau_foudre.jpg

    Guy d'Antin, Les Oiseaux de foudre, Jacques Barnès, chevalier du ciel,
    collection Aventures, sans nom d'éditeur, fin années 1930

  • Corinne Guitteaud, ses livres sur Numilog

    Le nom de Corinne Guitteaud , auteur de plusieurs romans de science-fiction n'est pas inconnu des lecteurs de ce blog. Elle m'a fait le plaisir de répondre à une interview il y a quelques temps. Elle y racontait, entre autres choses, son aventure dans le domaine de l'édition.

    Sa nouvelle "Mon Empire pour un cheval", uchronie dans laquelle les Mayas ont dompté le cheval (avec pour conséquence des avancées technologiques importantes) avait largement été évoquée dans l'interview.

    Corinne Guitteaud indiquait aussi qu'elle travaillait sur un roman intitulé Viracocha (nom du principal dieu inca).

    numilog.jpgLes titres des Editions Voy'[el] sont progressivement mis en ligne sur le site de la librairie numérique Numilog.
    Sont pour l'instant disponibles : au format pdf et epub: Aquatica, Le Crépuscule des Anges, La Vague, La Fille de Dreïa.
    Les titres sont vendus à 30% de leur prix papier, soit 8 euros pour Aquatica au lieu de 25 et 3 euros pour la Vague au lieu de 10, par exemple.
    Rendez-vous sur le site de Numilog !

  • Pellos et Montaubert, Les Pieds Nickelés chez les réducteurs de têtes

    Croquignol, Filochard et Ribouldingue sont nés sous le crayon de Louis Forton en 1908. Il continue son oeuvre jusqu'à sa mort en 1934. Plusieurs auteurs poursuivent mais les modifications éloignent le public.
    En 1948, Pellos reprend la série. Il modernise Les Pieds Nickelés sans leur faire perdre leur esprit d'origine. Les Pieds Nickelés renouent avec le succès.
    Les trois Pieds Nickelés sont de vrais... pieds nickelés. Escrocs à la petite semaine, ils se retrouvent souvent sans le rond et espèrent sans cesse la fortune (ou l'inverse :) ).

    Aventuriers dans l'âme (et toujours à la recherche d'une bonne affaire qui leur permettra de se la couler douce), les trois compères se font chercheurs d'or,  esthéticiens, organisateurs de voyages dans la Lune, cascadeurs et deviennent même les rois du pétrole! Mais manque de chance, la fortune leur échappe toujours.

    Dans Les Pieds Nickelés chez les Réducteurs de têtes, Croquignol, Filochard et Ribouldingue tentent de pénétrer dans la Foire de Bruxelles dans le but de trouver un travail à la hauteur de leurs capacités. Refoulés à plusieurs reprises, ils sont remarqués par des Asiatiques qui les prennent pour des policiers privés et les embauchent afin de surveiller leur pavillon menacé. Après maintes péripéties, Ribouldingue parvient à déjouer les plans de malfrats et sauve le pavillon. Les voici licenciés pour avoir rempli leur mission car ils sont devenus inutiles.

    A Bruxelles, ils rencontrent un aspirant dictateur sud-américain qui les entraîne vers le Caniguara. Malheureusement, à leur arrivée un gouvernement d'union nationale s'est formé: plus de révolution ou de coup d'Etat en vue. Ils se font donc guides locaux pour de riches Américains souhaitant découvrir les vestiges des civilisations anciennes dans les montagnes sacrées.

    Capturés par des réducteurs de têtes, les membres de l'expédition n'en mènent pas large mais voici que les Indiens Javiros (sic!) prennent Ribouldingue pour leur roi Bagadou VI ! Tout va pour le mieux!

     

    pellos les pieds nickelés 2.jpg

    L'expédition est libérée et s'échappe (non sans que les Pieds Nickelés aient chapardé quelques souvenirs commercialisables).

    Les Américains se rendant compte qu'en guise de guides, ils n'avaient eu que des escrocs, leur font les poches. Ils ne restent à Croquignol, Filochard et Ribouldingue qu'une carte indiquant l'emplacement d'un trésor inca...

     

    pellos les pieds nickelés 3.jpg

    La suite est dans Les Pieds Nickelés au Pays des Incas.

    pellos les pieds nickelés.jpg

    Pellos (dessin) et Montaubert (scénario),
    Les Pieds Nickelés chez les réducteurs de têtes,

    Série Les Pieds Nickelés n°42,

    Société Parisienne d'Edition,1967

  • Howard Waldrop, Histoire d'os

    waldrop them bones.jpgRésumer en anglais Histoire d’os de Howard Waldrop est simple : Time travelers trying to avert World War III end up in wrong locales: one in right time, wrong timeline; the rest vice versa.

    Vous avez tout compris.

    En français cela est plus difficile car on se trouve face à un livre sur lequel Jacques Baudou donna dans le Monde ( daté du 9/11/2001) cet avis: l’un des meilleurs traitements du thème du voyage dans le temps. Après une critique pareille, on ne peut se contenter d’une petite ligne fut-ce-t-elle anglo-saxonne.

    En Louisiane, en 1929, Bessie, jeune archéologue, annonce à son supérieur qu’un crâne de cheval en une douille de cuivre ont été découverts dans un tumulus précolombien. Impossible selon les connaissances scientifiques ! Ce premier point de vue et cette époque courent tout au long du roman, à mesure que d’autres découvertes soient faites.

    waldrop histoire d'os 1.jpgLeake est envoyé en éclaireur dans le passé, en principe en 1930 en Louisiane. Ce qu’il découvre est très différent du monde auquel ses connaissances livresques l’avaient préparées. Ce second point de vue et cette ligne temporelle différente permettent de montrer une Amérique qui n’a pas connu la colonisation européenne, pas même la découverte par Christophe Colomb. Leake rencontre des Indiens vivant toujours selon les rites ancestraux, des Aztèques toujours aussi sanguinaires, des Nordiques (Vikings) et des Marchands (moyen-orientaux) qui disposent de bateaux à aubes et maîtrisent la vapeur,… C’est bien là un univers parallèle. Leake explore une partie de ce monde souvent violent, parfois mais préfère la compagnie de Fleur-de-soleil.

    Enfin une compagnie constituée de 146 hommes (plus Leake parti en éclaireur mais qui est arrivé dans un univers parallèle, vous avez suivi, sinon relisez le paragraphe précédent) se retrouve dans la Louisiane de notre monde mais à une époque reculée. Les Indiens et les voyageurs du temps ne parviennent pas à communiquer et tout cela fini en bain de sang. De ce voyage temporel ne subsiste qu’une boîte, des douilles et des cadavres de chevaux.

    La narration est habile : trois voix alternent au fil des chapitres. Dans le futur, afin d’éviter une guerre mondiale, qui a tout de même bien résolu tous les problèmes de surpopulation, les survivants envoient des voyageurs dans le temps vers 1930 en Louisiane afin d’éviter le conflit apocalyptique.

    waldrop histoire d'os 2.jpgEntre ratage de ligne temporelle, décalage temporel, erreur de communication et inondation qui submerge les vestiges post-pré-colombiens (nommer des traces archéologiques de voyageurs venus du futur vers le passé, découvertes dans les années 1930 et décrites dans un roman de 1984 n’est pas facile) tout foire lamentablement.

    Howard Waldrop n’est pas inconnu des amateurs d’uchronie. Il est l’auteur d’une petite quinzaine de textes uchroniques (nouvelles et romans). Il fut lauréat des prix Hugo, Nebula, World Fantasy Award, Stoker, et Locus Awards.

     

    waldrop histoire d'os.jpg


    Howard Waldrop, Histoire d’os (VO : Them Bones, 1984),
    collection Fictions n°5, Editions La Découverte, 1986,
    Plusieurs rééditions (J’Ai Lu, 1989 ; Folio SF, 2001).

  • 2012, la fin du monde?

  • Helen Otway, Les extraordinaires aventures d'Indiana Jones

    Fin 2008, Hachette jeunesse a publié Les extraordinaires aventures d'Indiana Jones. L'ouvrage de belles dimensions propose de retrouver les quatre aventures cinématographiques du héros incarné par Harrison Ford. Chaque page est très abondamment illustrée et l'on peut s’amuser à soulever des volets afin d'appronfondir sa connaissance de l'univers de l'archéologue.
    Le parti-pris est amusant car ce sont les pires ennemis ( René Belloq et son fils ) qui nous livrent leur journal intime, récit de leur poursuite d'Indy.
    On y retrouve les belles pièces archéologiques mises au jour: l'Arche d'Alliance, les Pierres de Sankara, le Saint Graal et le légendaire crâne de cristal.
    Les trésors précolombiens sont représentés avec l'idole de fertilité chachapoyane découverte au début des Aventuriers de l'Arche perdue et les fameux crânes de cristal du dernier film.

     

    otway les extraodinaires aventures d'indiana jones.jpg

    Helen Otway, Les Extraodinaires aventures d'Indiana Jones,
    Hachette Jeunesse, 2008.

  • Défi SF 2010, Les choix de Férocias

    Les premiers participants au Défi SF 2010 lancé par Geishanellie commencent à publier leur liste d'ouvrages sélectionnés, je livre à mon tour ma sélection. J'avais dit que ce serait des livres inconnus. Je me suis peut-être un peu avancé sur le terme, "méconnus" ou "peu connus" est plus juste (focément une fois le livre publié, il est connu au moins de quelques-uns). Jules Verne, Isaac Asimov, Philip K. Dick, Jack Vance, Philippe Curval, Gérard Klein, Orson Scott Card, Philip José Farmer,... sont dans ma bibliothèque (parfois même tous les livres d'un auteur y sont rangés). Beaucoup des listes que j'ai pu lire reprennent ces grands classiques. Ce n'est pas pour faire preuve d'originalité que je vais piocher ailleurs, juste pour montrer l'extrême richesse du domaine science-fictionnel. Je me suis imposé des contraintes: ne pas choisir d'ouvrages d'auteurs anglo-saxons, ni de classiques (ou considérés comme tels) de l'anticipation ancienne (Jules Verne, HG Wells zut il est anglo saxon, Maurice Renard, Rosny Ainé,...). Evidemment tous les livres existent (comme tous ceux que je chronique sur ce blog). Il ne me viendrait pas à l'idée d'inventer des ouvrages pour le plaisir, tout est vérifiable soit à la BNF soit à la BRB (Bibliothèque Royale de Belgique).

    Pour chaque titre choisi, j'ai établi une petite fiche d'identité:

    Jean Nocher, Plate-Forme 1970 ou l'âge atomique
    Date: 1947
    Genre: Pré-apocalyptique
    Intérêt: Oui, la France a eu son Orson Wells!

    nocher plate forme 70.jpg

    Capitaine Ricardo, Monde contre Monde, La Reine des Montagnards, Révolte sur Ursus, La Fin d'un Monde
    Date: [s.d.] comme on dit à la BNF.
    Genre: Space Opérette en quatre volumes
    Intérêt: Euh, il y a de chouettes couvertures ?!?

    capitaine ricardo révolte sur ursus.jpg

    Paul Cervières, En Avion vers la cité déserte
    Date: 1934
    Genre: Voyage pas si ordinaire extraordinaire que cela (mais garanti avec des Précolombiens dedans)
    Intérêt: Un bon gros cartonnage difficile à scanner et en plus il y a une deuxième histoire qui n'a rien à voir en fin de volume.

    cervieres en avion vers la cité déserte.jpg